les méthodes de compostage

Pour tous légumes, fleurs et fruits de nos jardins,
le sol et les amendements, les techniques de culture

Modérateurs : jeanmi22, Paul

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

les méthodes de compostage

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 23 Déc 2011 20:43

Ceci est un petit lexique qui a pour unique but d'aider ceux qui ne maîtrise pas encore le "langage" du compostage.
Je vous donne les définitions de ces méthodes de compostage.

1- le compostage simple.
(à froid. L’élévation de la température est généralement faible et de courte durée)
Il se divise en deux méthodes.
La première est appelée " passive". On entasse les entrants, sans plus de formalité, au fur et a mesure.
On ne retourne le tas que lorsque l'on prélève du compost.
La seconde est appelée "active". Idem que la passive mais en essayant, sommairement, de respecter le ratio C/N.
un ou deux retournement sont pratiqués pendant la maturation.

2- le compostage avancé.
(à chaud. Avec une importante élévation de la température sur un lapse de temps plus long).
(Celui que je pratique le plus souvent).
Les tas sont montés en une seule fois. Le ratio C/N est respecté (autant que faire ce peut). L'humidité et la montée en température sont surveiller et gérer. Le tas est retourné plusieurs fois pendant le processus.

3- le compostage professionnel.
Identique au précédent mais avec de plus gros volume et avec plus de rigueur.
(Les intrants sont analysés et le compost aussi pendant toute sa phase de transformation).
Les intrants carnés et laitiers y sont admis ainsi que divers autres non admissible en compostage simple ou avancé.
Les intrants carnés et laitiers peuvent entrés dans le compostage avancé si celui ci est parfaitement géré.

4- le compostage de surface ou compostage en place.
(à froid, aucune élévation de la température).
Les déchets de jardin et de cuisine sont étalés à même les surfaces de culture sans incorporation.
Ceci avec ou sans culture en place. Du fumier peut être apporté mais sera pré-composté avant
(pas obligatoire mais fortement conseiller essentiellement pour des raisons sanitaire)
l’ensemble sera couvert avec de la paille, du broyat de bois type BRF, ect…

5- le lombricompostage ou vermicompostage.
Se pratique dans des lombricomposteurs sous l’action des vers dit de fumier.

6- le compostage bokashi.
Se pratique dans des seaux ou autre sous l’action des Ems.

Le vocabulaire de base du compostage. (à compléter)

La respiration, c’est la phase aérobie (en présence d'oxygène)
La fermentation, c’est la phase anaérobie (en absence d'oxygène)
La putréfaction (pas bon, ça pourri)
Les intrants (les matériaux qui entre dans le composteur)
Les déchets verts (ce sont les intrants riches en azote, mous et humides)
Les déchets bruns (ce sont les intrants riches en carbone, durs et secs)
Les déchets merdiques (ce sont ceux qui n’ont rien à faire dans un compost même si ceux-ci sont parfois utilisables au potager. La cendre, par exemple)
Le ratio C/N (c’est le ration carbone/azote. En clair, c’est la quantité de carbone présent dans un intrant, ou un compost, par rapport à l’azote présente. Pour une « décomposition » optimum, ce ration doit avoisiner les 30/1.
30 unités de carbone pour 1 unité d’azote)
La phase thermophile (c’est la phase où le tas monte en température.
C’est une phase aérobie directement liée à la « respiration »)
La maturation (intervient après la phase thermophile. C’est le moment où le tas est colonisé par les insectes,
vers, champignons, algues, ect… pour transformer le tout et donner au compost sont aspect grumeleux)
Compost demi-mûr ou compost jeune (c’est le compost après la phase thermophile pratiqué dans la méthode de compostage avancé. Les intrants y sont encore reconnaissables mais ont pris une teinte brune)
Compost mûr (c’est le compost en fin de maturation. Il est grumeleux, stable, incapable de brûler de jeunes racines)
Compost trop mûr ou dépasser (c’est de la terre, n’a plus aucun intérêt)
Accélérateur de compost (produit purement commercial qui n’a pas d’intérêt.
Peut être remplacé, si besoin est, par de l’urine ou du sang séché)
Aérateur de compost (outil permettant l’aération du tas sans retournement ni réel brassage.
Intéressant pour faire évoluer la méthode de compostage simple)
Taux d’humidité (pour que le processus de compostage se fasse dans de bonnes conditions,
le tas doit être constamment humide mais ne jamais être trempé)
Compost de ferme (compost issus de fumier, seul ou en mélange avec d’autre type de fumier et /ou des déchets de jardin
et de cuisine)
Compost domestique (compost issus des déchets de jardin et/ou de cuisine sans apport de fumier)
Compost industriel ou compost vert (compost issus des plates-formes de compostage.
Les intrants qui le composent peuvent fortement variés d’une région à l’autre)
Le lombricompost ou vermicompost (compost produit, en intérieur ou hors gel, par les vers de compost,
appelés aussi vers de fumier. Les deux espèces principales sont Eisenia foetida et Eisenia Andreï )
Compost bokashi (compost produit par les Ems (Efficaces micro organismes) à partir des déchets de cuisine.
Ce compost est produit en seau fermé, en intérieur, sans ajout de déchets brun)


Compost de BRF (compost obtenu avec du BRF (Bois raméal fragmenté).
Ce compost n’a pas les mêmes effets que le BRF mais il est l’un des meilleurs composts)
Le thé de compost (préparation à effets éliciteurs.
C'est une macération de compost mûr obtenue dans l'eau en milieu aérobie avec adjonction de glucose.
Le purin de compost (macération de compost mûr en milieu anaérobie)
Mes potagers bio
Mes formations
On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Avatar de l’utilisateur
jeanmi22
Messages : 14249
Inscription : 01 Jan 2009 23:26
Localisation : En Bretagne à Ploubalay 22

Messagepar jeanmi22 » 23 Déc 2011 23:04

Très intéressant :supertop:

Avatar de l’utilisateur
Mike Lyne
Administrateur - Site Admin
Messages : 22145
Inscription : 25 Août 2009 18:34
Localisation : Pas-de-Calais - Entre Artois et Ternois

Messagepar Mike Lyne » 24 Déc 2011 07:25

Merci Le Cerbère

Ce lexique est très clair et compréhensible et permet de bien nous situer. :super:

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 30 Déc 2011 21:20

si un admin' avais l’obligeance de rajouter ceci a la suite du post, ce serais sympa.

Compost de BRF (compost obtenu avec du BRF (Bois raméal fragmenté).
Ce compost n’a pas les mêmes effets que le BRF mais il est l’un des meilleurs composts)
Le thé de compost (préparation à effets éliciteurs.
C'est une macération de compost mûr obtenue dans l'eau en milieu aérobie avec adjonction de glucose.
Le purin de compost (macération de compost mûr en milieu anaérobie)

et de rajouter "ou compost vert" juste après (compost industriel) pour que cela donne:
Compost industriel ou compost vert

merci bien.
Mes potagers bio

Mes formations

On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 05 Fév 2012 14:53

Le compostage avancé ou compostage « à chaud ».
Cela permet d’assainir le compost en détruisant les graines et les divers agents pathogènes. Ce qui est important pour des potagers en travail du sol, beaucoup moins pour ceux en non travail du sol. Pour ces derniers, le compostage « de surface » ou « en place » reste la plus logique et profitable à la vie du sol.
Il permet aussi la mise à disposition de compost en un temps assez court. (Par rapport à un compost classique).
Malheureusement, c’est aussi la méthode de compostage la plus polluante (toutes proportions gardées) du fait des températures élevées qui s’y développent, libérant différents gaz.
Ces gaz sont la preuve d’une perte de M.O qui ne pourra être « assimilé » par le sol.

Comment procéder.
On recherche une élévation de la température du tas jusqu’à 63° tout en évitant qu’il dépasse les 70°. Pour ce faire, le tas doit être monté en une fois tout en respectant le ratio C/N (carbone sur azote). Le ratio optimal est de 30/1 environ. 30 unités de carbone pour 1 unité d’azote. Le tas devra donc avoir un ratio C/N d’environ 30/1.
Il est évident qu’un jardinier ne pourra analyser ses intrants pour en connaitre le ratio exact. On travail donc dans l’approximatif avec les valeurs moyennes connues de chaque intrant.
Par exemple, on sait qu’un fumier de cheval frais bien pailleux a un ratio de 30 à 40/1. Il est donc capable de se composté seul avec une élévation de température suffisante (si les autres conditions sont remplies. J’y viendrais plus bas).

Les intrants sont donc montés en tas, soit en les mélangeant ce qui est l’optimal, soit en les superposant en couche en alternant les intrants riche en azote et ceux riche en carbone.
Pour les différencier, ceux riches en carbone sont plutôt brun et sec (paille, bois, carton) et ceux riches en azote plutôt vert et mous (tonte, « mauvaise herbe », reste de cuisine).
En quelques jours, la température va s’élevée rapidement puis atteindre le palier recherché (63° mini, 68° maxi) puis, la température va commencer à redescendre. Quand elle atteint les 50° à 55°, on procède au retournement du tas en veillant à placer les matériaux qui se trouvaient au pourtour du tas en son centre. Ça repart à la hausse et on recommence les manipulations précédentes tant que les températures repartent à la hausse après un retournement.

Si le tas chauffe trop (plus de 70°) c’est qu’il manque de carbone.
S’il ne chauffe pas assez (moins de 60°) c’est qu’il manque d’azote et/ou d’humidité.

Une fois que le tas de compost ne chauffe plus, il est considéré comme « demi-mûr » ou « jeune ». Ce stade est atteint en 4 à 10 semaines avec 3 à 6 retournements en moyenne.
On y reconnaît encore certain intrants (les plus riche en carbone) mais l’ensemble a prit une teinte brunâtre.
Pour avoir un compost mûr, on laissera le tas tel que encore quelques mois (de 2 à 5 mois) en procédant à un retournement par mois.

Les conditions d’un bon compostage avancé.
On doit rester attentif à l’humidité du tas. Celui ci doit être constamment humide mais jamais détrempé et cela tout au long du processus. On arrose donc le tas à chaque retournement car la température qui y règne évapore l’eau qu’il contient.

Le tas doit être constamment couvert et on ne compte pas sur la pluie pour l’humidifier (trop aléatoire).

Cette méthode de compostage est gourmande en azote et celui va rapidement venir à manquer du fait de sa consommation lors des montés en température. Il est donc nécessaire, mais pas obligatoire, d’en rajouté lors des premiers retournements. On y ajoutera donc à ce moment là des tontes fraiches, de l’urine diluée à l’eau d’arrosage ou, moins économique, du sang séché ou un activateur de compost.

Cet « introduction » a été volontairement simplifiée pour être accessible au plus grand nombre.
Mes potagers bio

Mes formations

On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Rosie
Messages : 880
Inscription : 25 Mars 2006 20:09
Localisation : Coaticook, Estrie, Québec

Messagepar Rosie » 12 Fév 2012 15:13

Fantastique ce dossier compostage. Je n'ai jamais lu quelque chose d'aussi complet. Merci !!!!
Des semis à l'assiette.

321zorro

Messagepar 321zorro » 21 Fév 2012 11:50

J'ai entendu Patrick MIOULANE de RMC, dire l'autre jour, que le thé de vers et le compost de lombricomposteur n'apportaient pas grand chose au jardin (car trop déséquilibré dans sa compoqsition si je me rappelle bien). J'avais lu complètement l'inverse sur divers forums. Le cerbère, qu'en dis tu?

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 21 Fév 2012 14:41

dsl 321zorro mais ma réponse sera " ne se prononce pas".
je n'ai pas envie de rentré dans un nouveau débat.
Mes potagers bio

Mes formations

On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Avatar de l’utilisateur
Bev
Messages : 3941
Inscription : 10 Juil 2011 17:39
Localisation : Belgique - Hainaut
Contact :

Messagepar Bev » 21 Fév 2012 15:58

Bonjour, j'aimerais savoir si je peux utiliser au jardin le compost obtenu avec la litière de mes cobayes (il s'agit de paille de chanvre et de copeaux de feuillus. A la belle saison, je peux y ajouter les tontes de gazon, mais depuis le début de l'hiver, il n'y a que cette litière. Le compost obtenu sera-t'il valable ou trop déséquilibré ? J'ajoute qu'il y a rarement des déchets de légumes, puisque les cobayes s'en chargent :)

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 21 Fév 2012 21:31

c'est quoi des cobayes?!
bon, j'imagine que se sont des rongeurs style hamsters. tu peut donc l'utiliser tous en gardant en perspective qu'il sera moins riche qu'un compost de ferme. cela dit, pour être sûr, il faudrait faire une recherche sur son pouvoir fertilisant.
Mes potagers bio

Mes formations

On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Avatar de l’utilisateur
Bev
Messages : 3941
Inscription : 10 Juil 2011 17:39
Localisation : Belgique - Hainaut
Contact :

Messagepar Bev » 21 Fév 2012 22:35

Oui, ce sont des cochons d'Inde :wink:
D'accord pour le pouvoir fertilisant, je vais chercher, mais le manque d'ajout de matières vertes pendant l'hiver ne posera pas de problème ?

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 22 Fév 2012 20:06

non, il y a le carbone (la paille) et l'azote (l'urine) plus le caca qui contient les deux. tous cela devrais bien se composté et être utilisable pas la suite.
tu doit juste veiller à bien le composter ou le composter "à chaud" pour éviter de possible problème sanitaire. (mais quand on lave bien ses légumes, le risque est de toute façon faible, voir inexistant).

cela dit, si tu trouve que cela se compost mal, il te suffit de rajouter de l'urine ou un quelconque apport azoté et de ne pas oublier de mouiller le tout si c'est trop sec.
Mes potagers bio

Mes formations

On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Avatar de l’utilisateur
Bev
Messages : 3941
Inscription : 10 Juil 2011 17:39
Localisation : Belgique - Hainaut
Contact :

Messagepar Bev » 22 Fév 2012 20:46

Super merci beaucoup pour les infos, pour l'instant, je mets en tas tout simple, avec ajout chaque semaine d'une nouvelle couche, lors du nettoyage des cages, je vais étudier ce qu'il faut faire pour composter à chaud. :wink:

Avatar de l’utilisateur
Roland13
Messages : 2034
Inscription : 12 Déc 2011 20:46
Localisation : aix en provence

Messagepar Roland13 » 06 Juil 2014 20:40

Suite à l'exposé remarquable du "Cerbère" :trosuper: j'apporte mon grain de sel :yop:

Pour moi le compost est une façon de reproduire "l'origine de la vie" avec la transformation des matières végétales vertes et carbonés en M.O.
On sait que la M.O. est la base de la VIE du SOL.
Pour celà nous avons besoin de TOUT ce qui est vivant dans le sol...insectes divers, microbes, champignons etc, etc...en témoigne cette photo prise sur mon compost quelques minutes après y avoir déposé les restes de fabrication du purin d'orties :genial:

Ici le purin de prêle déposé hier avec la fuite rapide des insectes à la lumière
Image



Image

:okok:
Abeilles "sentinelles de l'environnement."
Ma liste tom's d'échange 2014
Ma liste Pim's 2014

Avatar de l’utilisateur
Le bio potagiste (Cerbere
Messages : 1141
Inscription : 26 Mai 2008 10:56
Localisation : nord du Gard a St hilaire de Brethmas
Contact :

Messagepar Le bio potagiste (Cerbere » 06 Juil 2014 22:59

salut roland13
la présence d'un grand nombre de cloporte est souvent le signe d'un compost trop sec. rien de grave en soit mais cela mettra plus de temps pour obtenir du compost mûr.
Mes potagers bio

Mes formations

On mesure l’intelligence d’une personne à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.


Revenir vers « Techniques et recettes de culture »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

cron